Le Pays Basque compte quatre appellations d’origine contrôlée : l’Irouleguy, la seule sur le territoire français, les autres sur le territoire espagnol : le Txakoli (qu’il soit de Viscaye ou de Getaria), la Navarre et la Rioja.

IROULEGUY

IrouleguyLe vignoble d’Irouleguy s’étend sur les côteaux autour de Saint-Jean-Pied-de-Port, Bidarray et Saint-Etienne-de-Baïgorry. Depuis quelques années, la qualité des vins d’Irouleguy s’est considérablement améliorée grâce aux efforts d’amélioration des techniques de culture et de vinification. Les vins rouges et rosés, issus du tannat, du cabernet franc et du cabernet sauvignon, sont corsés, fruités, très typés. Les rouges, dont certains font un passage en fût, révèleront tous leurs arômes après une attente de trois à cinq ans qui arrondira leurs tannins.
Les blancs, au caractère vif, sont issus du petit manseng, gros manseng et courbu.

TXAKOLI DE GETARIA

txacoli_brA.jpgA une soixantaine de kilomètres de là, à l’ouest de San Sebastian, un vignoble de 85 hectares planté sur les coteaux autour du village de Getaria, donne naissance au Txakoli, « Denominación de Origen » depuis 1989. Au Pays Basque, le txakoli fait partie de la tradition et se boit depuis des siècles. Ce vin est issu d’un cépage local, Le Hondarribi Zuri. Embouteillé avec son gaz carbonique naturel, c’est un vin légèrement pétillant, léger, qui n’excède pas les 11,5° et que l’on boit frais (11°). Afin de renforcer ce caractère pétillant et exacerber ses arômes, le rituel consiste à verser le txacoli à une certaine hauteur, un peu à la façon du thé à la menthe marocain.


NAVARRE

A quelques cents kilomètres au sud, la Navarre compte dans ses 18 000 hectaresVin Navarre cinq sous-zones délimitées par des terroirs différents produisant une palette de vins variée. Durant plusieurs décennies, la Navarre était surtout connue pour ses rosés, issus du grenache, cépage alors prédominant. Depuis une vingtaine d’année, ce dernier a peu à peu fait la place au tempranillo, au merlot et au cabernet-sauvignon. L’introduction de ces nouveaux cépages, alliée à une démarche de qualité affirmée tant dans la culture de la vigne que dans la vinification, a contribué à améliorer considérablement la qualité des vins, notamment les rouges, en bonne place sur le marché international.

LA RIOJA ALAVESA

Les Vins de RiojaEnfin, au sud-ouest de la Navarre, se trouve l’appellation espagnole sans aucun doute la plus réputée internationalement, La Rioja. Depuis 1991, c’est la seule région à bénéficier de la « Denominación de Origen Calificada », niveau d’appellation le plus élevé d’Espagne. Les 57.000 hectares de vignoble qui composent actuellement l’appellation Rioja sont réparties sur plusieurs communautés autonomes : La Rioja, la Navarre et le Pays Basque (Rioja Alavesa). Traversée par l’Ebre, cette aire viticole bénéficie de conditions climatiques équilibrées, entre influences atlantiques du Golfe de Gascogne situé à moins de cent kilomètres et courants d’air chaud méditerranéens. Les températures y sont modérées et les précipitations suffisantes.
Le cépage le plus répandu en Rioja est le tempranillo, fruité et aux tanins fins. On trouve aussi le grenache qui apporte corps et couleur au vin, le graciano, caractérisé par sa remarquable acidité et le mazuelo, plus rustique.

Si les vins vieillis en fût font la réputation de la Rioja, les vins jeunes obtenus selon la méthode de macération carbonique, sont également réputés dans cette appellation. On les appelle ici les rouges cosecheros (on pourrait traduire en français vin de l’année). Fruités, aux arômes de cerise, ils représentent le style originel de la région.

JURANÇON

Enfin, osons faire un petit écart géographique et culturel et associons aux vins duVin de Jurançon Pays basque un voisin béarnais, le Jurançon, produisant uniquement des blancs, et qui trouve naissance sur les côteaux ensoleillés au sud de Pau. Bien que le climat dominant soit de type océanique, il est fortement influencé par la proximité des Pyrénées. Ainsi, l’atmosphère est asséchée et réchauffée, notamment en automne, et permet le passerillage et les vendanges tardives. Issu en majorité de gros et petit manseng, le Jurançon est d’abord réputé pour ses vins doux aux arômes si particuliers et si fins de fruits confits et de fruits exotiques, que l’on déguste frais.
Mais depuis quelques années, le Jurançon sec a su aussi se faire large place sur les cartes des restaurants de la côte atlantique, pour accompagner les plateaux de fruits de mer et les poissons à la plancha.